Tomas LEGON

Docteur en sociologie, chercheur associé au CEMS (EHESS)

Les adolescents ont-ils des problèmes de mémoire ? Réflexions sur l’attention, la mémorisation et la mise en relation de références objectives comme catégories de pensée en musique et cinéma

Jeudi 11 juin 2015 / 14h30-15h15 / Discutante : Chloé DELAPORTE, Maître de conférences en économie du cinéma, RIRRA21 (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

Cette communication propose une réflexion sur la manière dont les lycéens mobilisent plus ou moins des références «objectives» (noms de personnes ou d’organisation responsables de l’œuvre, nationalité des œuvres, dates ou époques, noms de genres identifiés dans l’histoire de l’art…) pour désigner celles-ci et, plus globalement, pour organiser leur rapport à la musique et/ou au cinéma.

Une première partie de cette communication reviendra sur la variété des manières de catégoriser les musiques et les films que peuvent mobiliser les différents adolescents. J’insisterai notamment sur les distinctions que l’on peut faire entre, d’un côté, des catégorisations par des références objectives ou déjà objectivées dans le monde social (catégorisations abondamment mobilisées par l’école, par exemple) et, de l’autre, des manières de catégoriser via des notions subjectives (des sensations, des fonctions attribuées à certaines œuvres…) ou complètement détachées du champ artistique.

En abordant dans un second temps les rapports à la culture comme des dispositions socialement intériorisées, j’évoquerai les conditions sociales qui rendent plus ou moins possible et logique le fait de prêter attention aux références objectives, jusqu’au point (pour une minorité d’adolescents) de les considérer comme essentielles dans la manière de construire leur rapport à la culture et leur plaisir d’auditeurs / spectateurs.

Cette communication s’appuiera sur l’enquête de terrain mise en place dans le cadre d’une thèse de sociologie portant sur la manière dont les lycéens catégorisent et jugent a priori des musiques et des films. Je me baserai ainsi sur des données de cadrage statistique tirées de deux questionnaires distribués respectivement à 833 lycéens rhônalpins et 560 adolescents scolarisés dans des lycéens d’Amiens Métropole. L’essentiel des éléments empiriques seront cependant issus d’un corpus d’une quarantaine d’entretiens individuels et d’une vingtaine d’entretiens collectifs réalisés avec des lycéens.

L’auteur :

Tomas LEGON est docteur en sociologie (EHESS), chercheur associé au CEMS / IMM. Ses recherches portent sur la sociologie de la culture (pratiques, rapports à la culture, industries culturelles, action culturelle, médiation), la sociabilité et l’adolescence. Il a notamment publié «La Force des liens forts : Culture et sociabilité en milieu lycéen», Réseaux, 165, janvier 2011 et, avec Dominique Pasquier et Valérie Beaudouin, «Moi je lui donne 5/5», les paradoxes de la critique amateur en ligne, Presses des Mines, 2014.